Skip to content

Caprices! 5 astuces pour apaiser.

Les caprices, ça vous parle? Vous avez l'impression de passer une bonne partie de votre temps à hurler "Arrête avec tes caprices?!". Sauf que ça ne marche pas vraiment?! Vous n'êtes pas seuls! Voyons ensemble quelques astuces qui pourraient vous faciliter la vie.

Caprices et ma fille
Ma fille fait des caprices?

Qu'est-ce que les caprices ?

Personnellement, j'utilise ce mot lorsque mes enfants manifestent leur colère, de manière souvent assez "exagérée", suite à un refus de quelque chose qu'ils voulaient et à la conséquente frustration.

Après plusieurs lectures et apprentissages, notamment les livres d'Isabelle Fillozat, j'ai compris et intériorisé le fait que jusqu'à 5 ans, la partie du cerveau apte à contrôler ses émotions n'est pas suffisamment mûre pour réagir comme nous adultes le souhaiterions.(lire : pour contrôler leur réactions).

Et d'ailleurs, même en étant adulte, je n'arrive pas toujours à maîtriser ma propre frustration (par exemple quand mes enfants ne m'écoutent pas!)

Vous pouvez faire un petit test vous-même pour vérifier l'état du développement cognitif de votre enfant. Demandez-lui d'insérer différentes formes géométriques dans le trou correspondant, comme dans un cube (style celui-ci par exemple).

S'il est capable d’enfiler les formes correctement au premier essai, alors son lobe préfrontal est assez mûr pour comprendre nos "non"  sans crises excessives.

Autrement, soyons prêts! Et gardons en tête qu'il ne peut pas faire autrement.. Il n'en a pas les capacités neuronales.

Parentalité positive et les caprices

Je vous invite d'ailleurs à lire ces articles d'autres blogs dédiés plus spécifiquement à la parentalité positive, car j'y trouve des sources de réflexion très intéressantes (ici, ici , et aussi ici, pour n'en citer que quelques uns).

Selon cette approche, les caprices proprement dits n'existent pas.. Oui je sais, c'est une question de vocabulaire, mais il est important de bien nous comprendre!

Revenons au développement du cerveau de notre enfant. Nous avons vu que jusqu'à 5 ans, le lobe préfrontal n'est pas mûr. Cela implique que l'enfant n'a pas encore les capacités de manipuler intentionnellement l'autre.. La différence se joue bien autour du concept de manipulation!

Par contre, la partie dominante du cerveau d'un enfant à cet âge est celle liée aux émotions. Ceux que nous appelons caprices sont plus probablement l'expression d'un besoin que nous n'avons pas capté, ou auquel nous n'avons pas répondu.

Vous me suivez toujours? Je continue.. si nous nous fâchons, nous empirons les choses hélas.. Car les émotions sont contagieuses (neurons miroirs aidez-nous!) et car nous,les parents, constituons un modèle de comportement fondamental pour nos enfants.

Alors non seulement quand nous nous fâchons, nous lançons claire et fort le message que nous n'avons pas compris (et donc légitimisé) son besoin; mais en plus, nous amplifions sa réaction par imitation!

Pas tout à fait une situation optimale..

Des exemples?!

Mais. Je ne sais pas vous, moi dans ma vie quotidienne, maintes fois j'ai eu bon avoir dans la tête tous ces principes, je n'ai pas su les appliquer correctement ou gérer moi-même en première la situation.

Ma fille en particulier, qui a 5 ans et donc devrait avoir toutes les connexion neuronales en place pour m'écouter, a encore du mal à accepter que nous ne pouvons pas toujours faire comme elle le désire.

Où est le piège? et où la solution?

Des mises en pratique pour comprendre

Nous sommes à l'aéroport, avant de rentrer avec un vol d'en peu plus d'une heure, en conclusion d'un weekend très fatiguant. Les éléments de risque y sont tous : il est tard, nous avons tous juste envie de rentrer à la maison et nous getter sur nos lits. Situation très dangereuse ..

Élément déclencheur : mon mari se trompe et achète une bouteille d'eau pétillante.

CATASTROPHE.

Mais papa! Tu sais que ça ne nous plait pas! Pourquoi t'es-tu trompé?!. Le ton monte, jusqu'à dépasser ce que nous considérons acceptable. lire : quand la moitié des voyageurs de l'aéroport nous regarde avec œil de reproche).

Nous essayons de faire sortir un peu de gaz de la bouteille, mais ma fille se refuse de boire et insiste avec sa protestation et ses cris. A ce point, je refuse de lui acheter une nouvelle bouteille, tout simplement car je veux qu'elle apprenne à nous poser ses demandes sans tout de suite crier contre nous. Pas de caprices!

(intérieurement je la comprends, je déteste aussi l'eau pétillante. Mais bon.)

Peut-être ça se résume à un jeu de pouvoir?

Dans l'avion, je décline l'offre d'achat d'une nouvelle bouteille, et là c'est la grosse rage. J'ai entrevue des oiseaux en migration changer de cap suite aux cris de ma fille.

Papa arrive à la calmer en l'écoutant, et ma fille lui confie qu'au final, elle n'avait même pas soif, elle voulait juste que je fasse ce qu'elle demandait. Comment répondre à ça?!

Tant que nous sommes à deux, nous arrivons à résorber les crises. Mais quand nous sommes dans un "duel", je l'admets, je finis par utiliser les "vieilles méthodes" de force.

Autre scène :

Alors que nous sortons de l'école à vélo, je m’arrête à parler avec un autre parent. Ma fille ne m'attend pas et croise la route toute seule.

Je la vois du coin de l’œil et sais que je peux lui faire confiance; tout de même je lui demande, pour une prochaine fois, de m'attendre. Non pas pour lui dire quand croiser, mais juste pour que je la puisse regarder, voir si elle vérifie bien avant de passer, et intervenir si nécessaire.

20 minutes de colère. Maman, tu ne comprends pas, je suis grande, j'ai presque 5 ans! Je ne suis plus un bébé, je sais faire toute seule!! Tu ne m'écoutes jamais! Nous étions dans un loop, je lui expliquais, elle répétait sa phrase.

Au bout de 5 minutes, j'ai commencé à visualiser l'adolescence, et eu des sueurs froides.

Ok d'accord, peut-être j'ai mal choisi mes mots, j'aurais dû souligner haut et fort que je lui fais confiance - chose que je lui ai tout de même dit. Surtout, je n'ai pas su me montrer suffisamment empathique vers le besoin qu'elle exprimait : indépendance.

Au final, quand j'ai levé la voix, lui expliqué qu'elle était sous ma responsabilité et que je ne pouvais pas permettre qu'elle lui arrive quelque chose car je l'aimais et la route est dangereuse, elle s'est calmée. Quand je lui ai exprimé moi-même mon besoin à moi, ma fragilité, mes peurs et mon amour.

Suggestions??!

Premières résolutions - quand la crise s'apaise

Me confronter avec d'autres parents et d'autres enfants m'aide à prendre du recul et à vois les interactions "parents-enfants" sous un autre angle, donc je vous le conseille si vous en avez l'occasion (pourquoi pas ici sur ce blog?!).

Il y a quelques temps, j'ai assisté à la crise d'un petit de 2 ans, fils d'amis. Il faisait une grosse colère car il voulait prendre son bain tout de suite, alors que sa mère essayait de lui faire comprendre que le bain, ça aurait été plus tard. La colère du petit était trop grande, il n'arrivait pas à se calmer, jusqu'à éloigner verbalement et physiquement sa maman.

Donc je me suis permise d'intervenir, malgré son refus. Je me suis baissée pour le regarder dans les yeux, et je lui ai demandé : "Qu'est-que tu aimes le plus de ton bain? La mousse? Les jouets? Les jets d'eau?"

Je voyais que, même s'il ne me répondait pas, il m'écoutait. Alors j'ai continué à lui parler du bain de mes enfants, et de ce qu'ils aiment le plus, et puis nous sommes passés aux animaux.. Je crois avoir imité la grenouille pendant quelques minutes.

Entre temps nous étions au sol, il avait arrêté de pleurer, et j'ai pu lui faire faire en jouant la position yoga de l'escargot, au moins quelques secondes! Il parait que ça apaise. En tout cas, au bout 5 minutes, il avait oublié son bain.

La maman en question a d'ailleurs pu me retourner la faveur peu après.

Nous prenions ensemble le petit-déjeuner. Mon fils (2 ans et demi) s'était mis des céréales dans la tasse, et on lui avait versé du lait, comme d'habitude.

D'un coup, il commence à pleurer et dire qu'il ne veut pas du lait.

Je lui réponds D'accord, ne bois pas ton lait. Qu'est-ce que tu veux à la place? Mais il continuait à crier en pleurnichant qu'il ne voulait pas son lait.

Je me suis énervée et lui ai répété qu'il ne devait pas boire le lait s'il n'en voulait pas, mais qu'il devait faire silence ou quitter la table.

Je me rends compte maintenant que je ne l'ai pas écouté vraiment, je voulais juste prendre mon café tranquille. Bref.

Mon amie a pris relais et lui a demandé : Tu veux peut-être du café dans la petite tasse, comme papa et maman? Silence.

Oui, fais voir! on lui a donné la petite tasse, vide. Tu veux celle-ci, tu y veux du café? Signe de non avec la tête, et grand sourire.

Préfères-tu du lait? Signe de oui avec la tête, très grand sourire. Je veux mon lait. Fin des pleurs.

Petits conseils pratiques

En élaborant tout ça, voici mes 5 astuces pour apaiser les crises de nos enfants :

  1. commençons par considérer que notre enfant ne le fait pas exprès. Ce n'est pas de caprices. L'enfant ressent une émotion plus forte que lui, qu'il n'arrive pas à interpréter ni gérer. Il va mal lui aussi, et ne veut pas vous taper sur les nerfs. S'en rappeler, nous aide à retrouver notre empathie envers lui. (Ou alors, nous pouvons garder une petite photo de quand il était bébé dans nos poches, et la regarder au bon moment pour ressentir toute la tendresse que son visage d'ange nous évoquait..)

  2. souvent inutile de nous fâcher contre un enfant de moins de 4 ans. Il ne comprend pas, n'en peut rien.. Notre colère a, comme effet, de le stresser encore plus. Il vaut mieux nous éloigner un moment, et respirer à fond.

  3. baissons-nous au niveau de ses yeux. Ça aide beaucoup à rentrer en contact avec lui, avec son émotion. Activons nos neurons miroirs!

  4. rapidement, essayons de comprendre ce que l'enfant ressent. Quel est son besoin non écouté. Verbalisons-le pour que l'enfant l'entende et le comprenne. Très souvent l'enfant n'y arrive pas tout seul, il a besoin que nous mettions de mots sur ce qui se passe.
    Nous pouvons lui demander : tu pleurs parce que ... ceci cela ? Tu te sens comme si ...ceci cela? Très souvent, j'ai remarqué, l'enfant dira oui, et commencera à se calmer.

  5. Embrassons-le contre nous, être physiquement en contact le rassure. Évitons de rajouter nos cris aux siens. Restons calmes et opposons à sa rage un environnement paisible, qui l'aide à se calmer.

Que faire quand nous n'y arrivons pas? Quand nous finissons par crier nous-même, menacer, ou punir?

Nous pouvons essayer, une fois que tout s'est calmé, d'en reparler à l'enfant et lui expliquer ce que s'est passé. Pourquoi il s'est fâché, pourquoi nous nous sommes fâchés. Comment nous avons perdu le contrôle, et comment nous pouvons faire mieux ensemble la prochaine fois.

Dernièrement, j'étais sous stress, et j'étais seule à la maison avec les enfants. J'avais répété plusieurs fois à ma fille d'aller se mettre son pyjama, inutilement.

J'avais besoin qu'elle y aille toute seule, pour pouvoir finir de ranger la cuisine.. Ainsi, nous aurions donc pu passer plus de temps à lire des histoires. Mais ma fille ne voulait pas, et faisait semblant de ne pas m'entendre.

Maintenant, je le reconnais, j'avais été de mauvaise humeur toute la soirée. J'étais perdue dans mes pensés et nerveuse. Je ne lui avais pas fourni le support émotionnel suffisant, c'est certain.. Nous ne sommes pas parfait, hélas!

Je me suis mise dans une telle colère, que je n'ai pas su me contenir. Je l'ai renfermée dans sa chambre et claqué la porte si forte, que le cadre au mur est tombé par terre en mille morceaux.

La honte...

Nous nous sommes assis par terre, et nous en avons parlé. J'ai expliqué que je leur demande de contrôler leurs réactions face à la colère, mais que parfois même moi je n'y arrive pas. Je leur ai montré les effets. Décrit mes émotions face aux leurs. Et nous avons appris tous une petite leçon.

Si vous connaissez d'autres astuces, écrivez! Avez-vous besoin d'un conseil, vivez-vous des situations similaires avec vos enfants et leurs caprices? Partagez avec nous! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Partagez
0 Partages

On this website we use first or third-party tools that store small files (cookie) on your device. Cookies are normally used to allow the site to run properly (technical cookies), to generate navigation usage reports (statistics cookies) and to suitable advertise our services/products (profiling cookies). We can directly use technical cookies, but you have the right to choose whether or not to enable statistical and profiling cookies. Enabling these cookies, you help us to offer you a better experience.